Un Colvert glisse en silence entre les ramures d’arbres flottant dans l’eau d’un ciel bleu…

Quand l’homme oublie qu’il y a un ciel au-dessus de lui, le bras d’un fleuve ou le disque d’un lac lui en renvoient l’image, comme par surprise. L’homme qui s’y plonge un instant devient traversé d’une eau de ciel pur.

Quand l’homme se tient droit, debout, le regard abaissé sur son œuvre ou aligné avec un horizon qu’il scrute sans réponse, c’est le ciel qui se renverse et, à ses pieds, lui rappelle qu’il est fait pour lui et non pour la glèbe qui colle à ses souliers.

Qu’est-ce qu’être homme sinon laisser apparaître l’éclat de soleil à la surface d’un lac originel jamais totalement asséché? Qu’est-ce qu’un poète sinon celui qui lit l’intérieur des choses dans les mouvements d’onde d’un Colvert visitant les reflets des peupliers dans le bleu d’eau de ciel?

16716165_1398179986900794_7897636424793174049_o